Conversation avec un Québécois sur les Québécoises.

Publié le par Hubert Mansion

(Avant-hier, 10h30 du matin, Montréal)

 

Lui (direct):  Qu’est-ce que tu penses des Québécoises ?

Moi (poli):  A quel point de vue ?

Lui (immédiatement):  Au point de vue sexuel. Au point de vue sexuel, que penses-tu des Québécoises ?

Moi (prudent):  Je ne suis pas sûr d’être expert sur la question.

Lui (agité):  Bon, moi je vais te dire. Je suis Québécois. Les Québécoises sont magnifiques. Tu les as vues dans la rue ? En été ? En hiver ? Quand elles vont faire du ski ? Moi ça fait quarante ans que je les vois. Elles sont splendides. Mais ce n’est pas le problème.

Moi (conciliant):  Non, ce n’est pas un problème.

Lui  (énervé):  Le problème, tu sais ce que c’est ? Elles veulent tout con-trô-ler. C’est ça le problème de base.

Moi (psychothérapeutisant):  Qu’entends-tu par contrôle ?

Lui (emporté):  Comment ça qu’est-ce que j’entends par contrôle? Tu veux-tu savoir ce que j’en pense ?

Moi (effrayé):  Oui…

Lui (furieux):  J’adore le cunnilingus. Ok ?

Moi (regardant la porte):  Ok.

Lui (rouge sang):  Quand je fais ça avec une Québécoise, tu sais-tu ce qu’elle fait ? Elle m’arrête ! Elle m’arrête avant de jouir parce qu’elle veut garder le contrôle tabarnak !

Moi (ridicule):  Le contrôle sur quoi ?

Lui (sourd):  J’en ai connu  une qui m’arrêtait quand je la frenchais, estie ! « Ç ‘pas comme ça qu’on fait ». Hey ! E’ m’dit qu’elle va m’apprendre le baiser « sensuel ».

Moi (rendu psychiatre):  Le « baiser sensuel » ?

Lui (mimant les guillemets):  A veut tout m’apprendre !  Ca a pas d’maudit bon sang ! Tu l’sais tu ce que c’est le «  baiser sensuel » ?

Il sort sa langue et la passe précautionneusement sur ses lèvres en se mettant sur la pointe des pied. Son visage se tourne légèrement vers moi.

Voilà, c’est ça. Tu trouves-tu que c’est sensuel ?

Moi (quand aurai-je quelque chose d’intelligent à dire?):  Ca dépend dans quel état d’esprit c’est fait…

Lui (scandalisé):  T’as rien dans la bouche et tu trouves ça sensuel?  C’est comme si tu me disais qu’un gâteau au fromage est délicieux sans…

Moi (admirant son bon sens):  Oui mais…bon, ça dépend quand même de l’ambiance.

Lui (réfléchissant):  On était dans le bain tourbillon du forfait romantique à Laval. Ambiance de luxe avec foyer et écran plasma.

Moi (gynécologue):  Est-ce que celle qui t’a appris le baiser sensuel est la même que celle qui a interrompu le cunnilingus ?

Lui (concentré):  Attends, tu m’mêles, là…Coudon, c’était-tu la même ?  Pas sûr… J’crois ben que c’était la fin de semaine d’avant. Forfait détente à Saint-Sauveur avec des passes pour le ski. Sont donc ben fuckées les Québécoises !

Publié dans 5-Le Québec qui aime

Commenter cet article