CONSEQUENCES DES INCENDIES A MISTISSINI

Publié le par Hubert Mansion

 

Combien de conséquences peut avoir un incendie? Ainsi, les feux de forêts qui ravagent actuellement le Nord du Québec.

Première conséquence, les Cris de la réserve de Mistissini ont du évacuer leurs terres.   Plus de 3000 Indiens sont ainsi actuellement logés sur des lits de camps dans les écoles de Chibougamau. Deuxième conséquence : la difficile cohabitation des Cris et des Blancs, vieux problème très loin d’être réglé dans la région,  provoque l’arrivée de renforts de police en provenance de Chicoutimi. S’y ajoutent évidemment les pompiers  de la SOPFEU (troisième conséquence), soit plus de 4000 personnes déplacées.

Cette arrivée d’une nouvelle population provoque évidemment, quatrième conséquence, une augmentation du chiffre d’affaires des commerces locaux, ce qui amènera certainement de nombreux commerçants locaux à partir au Mexique pour se reposer en hiver : cinquième conséquence.  Et qui sait, sixième conséquence, si un couple de Mexicains, engagés à cause du boom hôtelier l’hiver prochain, ne  décidera pas qu’il dispose enfin assez d’économies pour faire un enfant , lequel ne saura jamais qu’il doit la vie à des feux de forêts dans le Nord du Québec ?

Du point de vue naturel, ces feux ne constituent pas non plus la catastrophe que l’on croit, s’agissant d’un moyen de régénération naturelle de la forêt : la majorité des arbres de la forêt boréale  ne peut se reproduire que par une chaleur intense. Le pin gris, par exemple,  ne libère ses graines qu’au-dessus  de 70 oC  et  j’ai vu des arbres carbonisés dont les cônes de la cîme restaient fermés.

Mais quand elles se libèrent, les graines s’éparpillent en telles quantités qu’elles peuvent créer jusqu’à 500.000 semis d’arbres par hectare (cinq mille sixième conséquence), sans compter les oiseaux qu’elles nourrissent par milliers. J’imagine que cette nourriture abondante affecte immédiatement la population d’oiseaux qui affecte à son tour celle des insectes.  Mais moins d’insectes signifie  aussi moins de poissons : non pas seulement de poissons mangeurs d’insectes, mais de poissons mangeurs de poissons mangeurs d’insectes.

Une autre conséquence des incendies est la multiplication des bleuets qui jouissent d’un terrain naturellement fertilisé et d’une plus grande exposition au soleil : or la récolte des bleuets constitue un revenu d’appoint non négligeable pour des milliers de Québécois. Vous me voyez venir avec le Mexique ? Nous en sommes déjà à plus de 2 millions de conséquences, muchachos…

Publié dans Le Livre

Commenter cet article

Cédric 21/06/2006 12:25

Bonjour Hubert,
Je découvre votre site après avoir lu l'adresse dans le livre que je suis en train de lire: "Le gide de survie des Européens au Québec".Un livre très amusant à lire et surtout très instructif. Je le recommande à mes amis qui souhaitent partir comme moi au Québec. 
J'aurai aimer avoir votre premier ouvrage mais il est en rupture de stock, m'a-t-on dit!Car Montréal m'intéresse d'autant plus, car j'y atterris le 4 juillet prochain pour y travailler minimum un an.
Je vous souhaite bonne continuation.Au plaisir de vous lire....
Cédric