Cabinet ministériel

Publié le par Hubert Mansion

Plus le singe monte haut à l’arbre, plus il montre son derrière. C’est à ce proverbe congolais que je pensais en regardant cette surprenante photo du cabinet d’une ancienne ministre québécoise, publiée sur le site du Québécois libre http://www.leblogueduql.org/.

Cette architecture post-moderniste aurait coûté quelques centaines de milliers de dollars et l’affaire avait fait grand bruit. Je trouve au contraire que le résultat en valait la peine. Si l’on observe attentivement la photo, on peut en effet déduire des coussins que la propriétaire des lieux, que je ne nommerai pas par délicatesse, restait longtemps occupée à cet endroit : en conséquence, n’est-il pas logique qu’elle ait fait installer de quoi y travailler ? Il y aurait eu des mauvaises langues, certainement, pour l’accuser de faire ses besoins aux frais de l’état si un petit comptable, comme il y en a tant, avait calculé les heures qu’elle passait aux toilettes dans l’exercice de ses fonctions et sans rien faire d’autre. Qu’elle ait jugé d’y travailler ne me semble pas une mauvaise décision et marque un souci d’économie, au contraire de ce que l’on a pu prétendre.

 

En outre, historiquement, elle renouait ainsi avec une très ancienne tradition. Louis XIV aussi recevait et dictait sur son pot. Nous savons depuis Freud que le goût du pouvoir est relié au ‘stade anal’, puisque, selon Sigmund, faire ou ne pas faire serait le premier acte de décision de l’enfant.  Et cette photo me semble l’un des plus beaux symboles des attributs du pouvoir temporel. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article