Quand les Mohawks parlaient flamand

Publié le par Hubert Mansion

De même que les Cris auraient pu s'appeler Van Mosselen, les Mohawks parlaient flamand. Ou du moins un mot de flamand indianisé, puisque leur fête NOYA, célébrée le jour de l'an, provient directement de nieuw jaar, signifiant nouvelle année en flamand. Ceci n'a rien de très étonnant puisque New York a, comme on sait, été fondée par des Belges dont beaucoup parlaient flamand. En 1626, Pierre Minuit, gouverneur de la Nouvelle-Belgique (territoire englobant notamment la Virginie) achète  l'île de Manhattan aux Indiens Manhattes. C'est un Wallon dont les parents sont nés à Tournai.

L'achat de Manhattan a fait beaucoup jaser, et a toujours servi de preuve apparente à la spoliation des biens indiens par les Blancs. En réalité, l'histoire est plus complexe parce que les Indiens de cette région ne semblaient pas connaître le droit de propriété foncière de sorte que, pour eux, ils ne vendaient rien. C'était un peu, semble-t-il, comme si un touriste américain payait le droit de respirer à Chamonix. Même s'il ne payait que 1$, ce serait une bonne affaire pour les Alpes.

Quoi qu'il en soit, Pierre Minuit paraît avoir été respectueux des indigènes comme semblent du reste l'avoir été la majorité des colons avant la guerre d'Indépendance.  Et les Mohawks continuent de parler flamand sans le savoir.

Publié dans Le Livre

Commenter cet article