Le verbe enfirouaper

Publié le par Hubert Mansion

L'expression anglaise in fur wrapped (emballé dans une fourrure) ou infrawrapped (emballé pour éviter le bris) a donné au Canada français le verbe enfirouaper, que l'on écrit parfois enfirwapper.

Le mot a très vite évolué vers le sens de arnaquer, du fait que le français connaissait déjà l'expression se faire fourrer. On en a dégagé le joli substantif enfirouapette désignant une manoeuvre de politicien. Par la suite, dans cette sorte de déclinaison successive de sens de plus en plus abstraits qui caractérise l'évolution des mots, le sens d'enfirouaper est devenu : se faire mettre enceinte. Une femme qui s'était fait enfirouaper s'était laissée avoir, sans doute, par des promesses masculines non tenues.

Il est intéressant de constater qu'il ne s'agissait pas seulement d'un synonyme d'arnaque, car enfirouaper devint, dans un emploi transitif, avoir un amant.  On ne peut penser que la langue populaire estimait qu'avoir un amant signifiait, pour une femme,  se faire avoir : non, ce nouveau sens empruntait à la connotation de fourrure contenue dans le mot enfirouaper. Car fourrure et fourrer  ont toujours fait penser à l'acte sexuel : le mot vagin, par exemple, provient du latin vagina qui signifiait pour les Romains gaine, étui, autrement dit fourreau. Les lecteurs de SAS se souviendront que l'auteur décrivait toujours le sexe féminin comme un fourreau de velours.

S'agit-il d'une  simple combinaison de sens par laquelle la langue populaire a fini par confondre l'acte sexuel et l'arnaque ? Pantoute ! Ne dit-on pas se faire baiser pour se faire avoir ?

Commenter cet article

Annie 06/06/2006 10:48

Anglicisme? Tout le monde n'est pas d'accord...Cette version me parait plus vraisablable, bonne lecture!
http://magene.chez-alice.fr/quebecois.html

Hubert Mansion 09/06/2006 20:21

Vous avez raison, il existe de nombreuses interprétations de ce mot si bizarre. Qu'il soit issu du normand, pourquoi pas, mais l'explication me parait un peu tirée par les cheveux. Celle que je présente aussi, car il semble qu'on n'ait jamais trouvé l'expression anglaise de laquelle on prétend qu'elle est issue. Et les dictionnaires franco-canadiens restent bien souvent muets sur l'étymologie !

Pauline 14/12/2005 00:06

M. Mansion,

Votre blog est très intéressant. Je vous invite à regarder ce lien.
http://collections.ic.gc.ca/museevirtuel/Parlure/enfirouaper.html